Association Kerkena

Pour le Patrimoine Maritime et Culturel Méditerranéen

Informations

Lettre ouverte à tous les « KRAKNA »

LETTRE OUVERTE A TOUS LES « KRAKNA »Je m’exprime aujourd’hui en m’adressant en particulier à toutes celles et ceux qui se sentent Kerkeniens dans l’âme, non seulement par appartenance ou par sensibilité à la beauté de l’Archipel, mais aussi par admiration des valeurs et noblesse d’âme qu’on peut encore rencontrer à Kerkennah.

Je m’adresse aux jeunes Kerkeniens pour leur dire qu’aujourd’hui, ce qui fait votre différence partout ou vous allez, que ce soit en Tunisie ou dans le monde, c’est une identité culturelle et des valeurs qui vous ont été transmises par des pêcheurs.

De Hached à Achour, des hauts fonctionnaires aux universitaires, des enseignants aux écrivains, des poètes aux musiciens, des artistes peintres à tant d’autres personnages originaires de Kerkennah, nous avons tous des parents, des grands parents ou des aïeuls pêcheurs traditionnels à Kerkennah. Cliquez ici pour consulter l’intégralité de l’article.

 

Rapport sur une mission botanique

rapport-mission-botanique

Sur la proposition du Président de la Mission de l’exploration scientifique de la Tunisie, M. le Ministre de l’instruction publique voulut bien me confier la direction de l’un des deux groupes d’explorateurs chargés, en 1884, de poursuivre dans la Régence les recherches d’histoire naturelle auxquelles j’avais déjà contribué, en 1883, sous la direction de M. E. Cosson, et, précédemment, en 1874 , par une première mission botanique (1).

Le groupe que j’avais l’honneur de diriger se composait de MM. Valéry Mayet, professeur à l’École nationale d’agriculture de Montpellier, le docteur Bonnet, préparateur au Muséum d’histoire naturelle de Paris, et Doûmet-Adanson. Il avait pour instructions d’ex- plorer la partie sud de la Tunisie entre Sfax, Gafsa, la rive nOI’d des chotts EI-Djerid et EI-Fedjedj, Gabès et la mer. Son itinéraire devait en outre comprendre une visite aux Hes Kerkenna et à l’ile de Djerba, ainsi que quelques excursions aux environs de Tunis, dans la vallée de la Medjerda, et à la petite ne de Djezeïret Djamour (Zembra), pour compléter l’exploration faite, en 1883, dans le Nord, le Centre et la presqu’ile du cap Bon, sous la direction de M. E. Cosson. Ce pro- gramme, malgré son étendue, a été entièrement réalisé, et notre voyage, commencé le 25 mars, n’a pris fin que le 7 juillet, époque à laquelle la chaleur et la sécheresse ne permettent plus d’obtenir de résultats satisfaisants d’une exploration dans ces contrées.

Les membres du groupe que j’ai dirigé appartenant tous à la section de botanique et de zoologie, nos recherches devaient avoir pour principal objet la connaissance de la flore et de la faune de la Tunisie; mais, comme dans tout voyage scientifique… Cliquez ici pour consulter l’intégralité de l’article.